Domaine Le Hochet : ces logements de la MHC qui peinent à trouver preneurs


Plusieurs de ces duplex sont vides et cachés par de hautes herbes.

Présentés comme des logements pour la classe moyenne dans un beau cadre au bas d’une colline à Le Hochet, Terre-Rouge, ces appartements construits par la Mauritius Housing Company (MHC), connus comme le Domaine de Le Hochet. Ils se trouvent aujourd’hui dans un état d’abandon.

Plusieurs unités sont entourées de buissons.

Il y avait une interpellation du député Osman Mahomed sur ces appartements mardi dernier, mais à la demande de la ChiefWhip, la question avait été retirée. Ce qui n’avait pas plu à l’auteur de la question après avoir pris connaissance que les interpellations adressées au ministre Renganaden Padayachy avaient été répondues avant la pause-déjeuner.

 

Lors d’une tournée dans la localité au cours de la semaine, nous avons constaté que plusieurs appartements sont vides et avec les récentes pluies, certains sont cachés par de hautes herbes. 

Renseignement pris, sur les 26 appartements construits dans la première phase, seulement 12 ont été soit réservés soit vendus. Soit moins de 50 %, alors qu’ils ont été mis en vente depuis environ deux ans.

La raison est que ces logements sont vendus trop cher, soit entre Rs 3,8 et Rs 4,3 millions dépendant du nombre de chambres. Mais l’acquéreur doit investir davantage avant de pouvoir habiter ces logements. En effet, ils sont dépourvus de carreaux de céramique, d’installations électriques et d’équipements sanitaires.

Ils ne sont même pas peints. 

Le président du conseil d’administration de la MHC, Rashid Dawreeawoo, dit reconnaître que plusieurs appartements sont invendus. «Oui.

Est-ce-qu’ils ont trop chers ? Nous devons voir ce qui cloche et on sait que la MHC offre des facilités d’emprunt avec des taux d’intérêts intéressants. Mais si besoin est, nous allons voir s’il faut retravailler les chiffres afin que nous puissions vendre plus d’appartements.» Quant à l’état des lieux, il dira qu’il fera le nécessaire au plus vite.

 

Deepak Balgobin, ancien président du conseil d’administration de la MHC, a souligné que le projet a vu le jour en 2015 quand Mamade Khodabaccus était le président. «Mais pour les prix, c’est après que la MHC a décidé.

»

Osman Mahomed souligne qu’il reviendra à la charge avec cette question et ajoute que ce projet doit servir de leçon au gouvernement qui a mis sur pied la New Social Living Development Company pour construire 12 000 logements.

.